Magical Burst – Campagne fil rouge

Accueil Forums Saint-Sever Les activités Samedi Magical Burst – Campagne fil rouge

Ce sujet a 46 réponses, 5 participants et a été mis à jour par Alvis Blue Alvis Blue, il y a 1 mois.

15 sujets de 31 à 45 (sur un total de 47)
  • Auteur
    Messages
  • #1512
    Caillou
    Caillou
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 53
    • Total : 53

    Rien d’exceptionnel encore cette semaine du 15 au 19 octobre, si ce n’est le retour de la jeune Jade Michel, qui se porte désormais beaucoup mieux. Les liens entre les jeunes Magical Girls se sont simplement encore renforcées, car désormais même Ariel fait l’effort de venir discuter avec elles. C’est d’ailleurs à l’initiative de celle-ci qu’Aurore décida de l’accompagner à la recherche de nouveaux Yuma.

    Leurs pas les guidèrent d’abord, ce vendredi soir, jusque dans la rue Eiffel, toujours dans le quartier de la gare, pour enquêter sur les évènements de la nuit. Les lieux eurent l’air de subir, entre autres, une pluie de pierres lisses venues du ciel, et les témoins oculaires disent avoir entendu à 3h du matin, en plus des bruits d’une véritable bataille, les hurlements d’une jeune fille. Cela, plus les similitudes de certaines traces laissées, firent penser aux deux jeunes filles qu’il s’agissait probablement d’une bataille entre une Yuma et une Magical Girl – bataille manifestement gagnée par ladite Magical Girl.

    Les jeunes filles se rendirent également par la suite à l’orée des bois, car Ariel voulait vérifier quelque chose sur place. Là-bas, elles trouvèrent une sorte d’autel en pierre, sur lequel est juché un petit pot de fleur avec des fleurs desséchés à l’intérieur, le tout entouré d’arbres plus ou moins abimés et de quelques barrières de sécurité qu’elles n’eurent aucun mal à franchir. Suite à cela, les deux jeunes filles décidèrent de rentre chez elles chacune de leur côté, se donnant rendez-vous demain au Blue Mountain Café.

    Une fois sur place, et après avoir discuté rapidement de la probabilité que la Magical Girl de la rue de la gare était peut-être l’autre jeune fille qu’Aurore avait un jour rencontré par hasard dans le quartier résidentiel et dont elle ne connaissait pas le nom (hrp : y avait bien un misplay à ce sujet du coup) ni où celle-ci pouvait bien vivre, les deux jeunes filles décidèrent d’aller enquêter sur ce qui pouvait bien se passer à la cathédrale, les travaux étant proches de ceux se faisant au château. Toutefois, une fois sur place, les deux jeunes filles ne découvrirent rien de particulier, d’autant plus que la foule présente sur les lieux les empêchaient d’enquêter sous leur forme de Magical Girl.

    Quelque peu désœuvrée et ne sachant que faire d’autres dans la journée, les deux jeunes filles décidèrent d’aller s’attaquer au Yuma se cachant dans la foire. Cela se révéla être une mauvaise idée : une fois entrées sans difficulté dans la roulotte et après avoir facilement exploré le cauchemar, elles finirent par tomber sur une armée de petits diablotins-chapeaux et un énorme Yuma dont elles ne distinguaient que les pattes. Après une tentative de combat aussi courte qu’infructueuse, les deux jeunes filles ne purent que tenter de prendre la fuite, non sans qu’Ariel se retrouve gravement blessée. Prenant sur elle, Aurore lui administra alors des premiers soins d’urgence, lui sauvant vraisemblablement la vie, avant de l’emmener à l’hôpital pour qu’elle puisse recevoir encore quelques soins nécessaires à son rétablissement. Cette situation, plus le fait que subitement, Ariel présenta une déformation physique bizarre – un allongement du coup tout à fait anormal et d’origine vraisemblablement magique – poussèrent Aurore à prendre congé de la situation jusqu’au soir. Elle avait en effet besoin, subitement, de faire un point sur la situation, et sur les risques d’être une Magical Girl, songeant un instant à renoncer à ses pouvoirs. Mais suite à de nombreuses visites de nécessiteux auprès de qui elle vint en aide de manière plus ou moins traditionnelle, Aurore fût convaincue qu’il fallait continuer le combat pour le moment (hrp : je ne l’ai pas précisé sur le moment pour différentes raisons, mais avec le recul il me paraît évident qu’elle a fini par se retrouver dans une situation où ses pouvoirs pouvaient être utiles, et après s’être transformée discrètement, elle est venue en aide à quelques personnes qui souffraient, les soignant grâce à ses pouvoirs de guérison et selon le principe de la Compassion qui correspond à son symbole).

    Le lendemain matin, rassérénée, Aurore se rendit à nouveau au Blue Mountain Café, se comportant comme elle l’a toujours fait jusque là. C’est à ce moment-là qu’elles apprirent que les Barmaids connaissaient la jeune fille de la gare, qui répondrait au prénom de Claudia et qu’elle se baladait sans doute encore là-bas. S’y rendant au cas où, Aurore finit par détecter la présence d’un Yuma dans le parc non loin et décidèrent de s’y rendre. En chemin, Aurore croisa la jeune fille qu’elle avait précédemment rencontrée, et qui se révéla bien être Claudia, et qui se montra une fois encore très “aimable”, revendiquant d’ors et déjà la chasse du Yuma qu’Aurore avait repérée. Après lui avoir proposé de l’aider, celle-ci refusa qu’elles le suivent. Chose à quoi Aurore répondit qu’elles se contenteront donc alors de la précéder, avant qu’Aurore et Ariel commencèrent à lui fausser compagnie – bientôt suivies par une Claudia furieuse une fois transformée en Magical Girl.

    Rapidement, Aurore trouva la faille au sein d’un mur de brique, et les deux jeunes filles sautèrent dedans. Elles se retrouvèrent en présence d’un dôme dans lequel se trouvait un château. Rejointes par Claudia, les trois jeunes filles se frayèrent alors facilement un passage jusqu’à l’intérieur du château, où les attendaient une Yuma-papillon, entouré de plusieurs gardes. Après une nouvelle bataille difficile qui n’auraient pu être remportées seules ni par Ariel et Aurore, ni par Claudia qui y aurait sans nulle doute laissé la vie sans l’aide d’Aurore, les jeunes filles finirent par vaincre l’opposition, laissant la graine d’Oblivion à Claudia, avant de sortir des lieux.

    Une fois à l’extérieur, cherchant toujours à sympathiser, Aurore insista sur l’importance de l’aide qu’elles venaient d’apporter à Claudia, insistant encore sur le fait que rester seule, c’était dangereux, et chercha à nouveau à comprendre les motivations de Claudia. Chose à quoi Aurore reçue à nouveau une fin de non-recevoir avant de s’enfuir.

    Retournant au Blue Mountain Café pour parler de ladite Claudia, les barmaids laissèrent entre qu’elles connaissaient ses motivations mais qu’elles refusaient de les communiquer, ce qu’Aurore ne comprenait pas. Elles discutèrent également à propos des étranges images apparaissant au fur et à mesure qu’elles combattaient les Yuma, les barmaids sous-entendant que cela pourrait correspondre aux souvenirs absorbés par les Yuma qui rejailliraient au moment de leurs morts.

    #1513
    Alvis Blue
    Alvis Blue
    Participant
    • Sujets crées : 6
    • Réponses : 47
    • Total : 53

    Merci pour le résumé ! J’accepte qu’Aurore ait pu utiliser ses pouvoirs discrètement pour s’occuper de gens, faudra juste me signaler si tu utilises un talent à surcharge :p

    Elle va probablement gagner un point d’espoir en voyant  à quel point son aide a été utile.

    Comme demandé, je poste une description des youmas et des cauchemars que vous avez vus : (vous m’excuserez la mise en page du site fait n’imp’ avec les copier coller)

    Celui de la foire :

    Cauchemar :

    Une sorte d’immense jungle, mais dont chaque élément a l’air de sortir d’un cirque ou d’un carnaval : guirlandes, masques, toiles de tente, confettis, rubans… Cependant, tout les éléments de décor sont noirs. Le sol et le ciel sont blancs immaculés, ils n’ont pas de séparation visible. La lumière est vive, mais elle ne semble pas avoir de source précise, et elle n’a pas non plus l’air de se refléter sur quoi que ce soit. Des voix ont l’air de venir de derrière les fourrés et du haut des arbres. Les youmas se cachent au milieu des différents éléments.

    Diablotins :

    Ils ont l’aspect de vieux chapeaux surdimensionnés en matériaux sombres. Ils ont des pattes insectoïdes qui ne reflètent pas la lumière.

    Le youma principal :

    Vous avez vu ses deux jambes, semblables à d’immenses colonnes noires immaculées, larges d’un demi mètre et hautes d’une vingtaine de mètres. Elles sont un peu froissées comme le serait le drapé d’un pantalon. Il n’a pas de pied qui dépasse. Il avait d’immenses pattes insectoïdes crochues dont il se servait pour se battre. Le reste était caché par la “végétation”.

    Celui du petit parc :

    Cauchemar :

    Il s’agit d’un espace au sol pavé situé sous une énorme coupole de verre. L’extérieur est rempli d’eau, et des rayons de lumière avec une source indéterminée forment comme un ciel étoilé. Un bâtiment ressemblant à un manoir occupe la majorité de l’étendue. Il est fait entièrement de pierre verte, et ses fenêtres sont en verre noir totalement opaque. L’intérieur est une immense salle vide à l’exception d’un immense lustre de pierres bleues et d’une végétation folle.

    Diablotins :

    Des silhouettes fines sans tête, vêtues d’un duffle-coat bleu, avec quatre pattes d’insecte et un abdomen à la place des jambes, et armés d’un trident et d’un bouclier.

    Le youma principal :

    Il a l’allure d’un papillon de la taille d’un humain, mais dont les ailes ont été remplacées par de grandes nageoires de poisson, et avec une tête de mante religieuse. Son corps est indigo, ses yeux ressemblent à des boules de verre à moitié opaque où aurait été placée une ampoule, et ses nageoires semblent bouger selon un courant invisible en reflétant mille couleurs sur leur surface nacrée.

    #1517
    Fiela
    Fiela
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 6
    • Total : 6

    L’illusion de la victoire

    Je repensais à ce week-end. Je n’avais pas fait grand-chose la semaine d’avant, tout simplement car je voulais éviter au possible de me blesser, j’avais beau avoir bien récupéré physiquement, mentalement j’étais épuisée, sursautant au moindre contact, comme si j’allais me faire attaquer par un diablotin ou pire, m’apaisant en constatant que ce sont des humains comme moi. Je ne voulais pas utiliser la magie, mais je continuais de m’entraîner avec mes armes, jusqu’à ce que je vois les grand titre, certains me firent un nœud à l’estomac, d’autres se mirent à me faire paniquer intérieurement, mon endroit à moi avait été découvert.

    Je ne pouvais pas y aller toute seule, si je tombais sur plus gros que moi je risquais d’y passer. Je vins donc à accoster Aurore pour que l’on aille inspecter les endroits toute les deux.

    La rue Eifel était à la fois intéressant et inquiétant, ce n’était pas tellement les roches rondes qui attiraient mon attention, mais les objets tranchés par une lame. Aurore fit une bonne diversion, devant passer par le toit pour ne pas me faire prendre, je n’ai pas une aussi bonne réputation qu’elle.
    Par la suite j’ai demandé à passer par la forêt. Aurore était chiante avec ses questions, devant abdiquer en échange qu’elle ne dit rien aux autres. J’eus un brin de colère en voyant les cordons de sécurité, passant dessous sans m’en soucier. Je me mis à inspecter cet autel que j’avais fait de mes mains. S’il y avait bien une chose que je ne désirais pas que l’on touche s’était bien cet autel. Elle avait une valeur inestimable à mes yeux, bien plus que ma famille à vrai dire. Une fois rassurée, nous sommes reparties, pas bien loin cependant, car Aurore partie de son côté, faignant de rentrer pour retourner dans la forêt, mais plus lions afin d’essayer d’avoir une technique qui puisse dominer les situations de sous-nombre. Le résultat était inexistant, j’étais trop faible, rajoutant cette rage d’avoir la sensation d’être plus faible depuis que j’ai ses maudits pouvoirs.

    Le lendemain nous sommes allées à la cathédrale. Je ne pouvais m’empêcher de trembler à l’intérieur, mon souffle devenant de plus en plus dure. L’ambiance sonore et visuelle me rappelait la chose dans le château fort, tremblante à l’idée qu’un diablotin surgisse de l’ombre pour me planter une épée. Heureusement cela ne fut pas long, pouvant respirer à nouveau dehors, sans cette pression.

    Nous avons ensuite prit la décision d’essayer de combattre le boss de la foire. Après tous, nous avions nos chances. Je me suis mise à taillader le moindre diablotin chapeau qui se présentait devant moi. Cela apaisait ce léger maux d’estomac, qui n’était qu’une peur. Une fois à l’intérieur de la demeure du boss, j’entrepris de faire un chemin, coupant avec des lames magiques. Cela me donnait envie de continuer en constatant que les diablotins préféraient se cacher, venant à sursauter quand le premier murmure se fit entendre. Je vins à essayer de dominer mentalement un diablotin, qui échoua, l’idée d’utiliser les diablotins contre eux étaient visiblement impossible à mon niveau actuel. Lorsque la chose vint à me planter, je ne pus m’empêcher d’entrer dans un état de folie, la peur ? L’envie de ne pas perdre ? Je ne saurais dire ce qui ‘ma motivé à continuer ce combat perdu d’avance. Ce n’est qu’en perdant ma protection, mon vêtement magique et subissant de graves blessures, rappelant les lames me perforant que je repris pied, trop tard. De l’état frénétique que j’étais, je vins à trembler, ne bougeant que par reflexe, mon instinct de survie avait pris le dessus, alors que mon esprit était obnubiler par la peur de mourir.
    Je me voyais déjà mourir, les dégâts étaient trop importants, pour moi. Sentir la vie presque partir était terrible. Aurore vint à me soigner, je n’ai pas eu le temps de la remercier. L’hôpital vint à me prendre en charge, s’était presque devenu une habitude, même si ce n’était pas des blessures aussi importantes.

     

    Quand je fus seule, je ne pouvais m’empêcher d’aller vers mon autel et m’allonger à côté, me ressourcer, me calmer, essayer de reprendre la situation en main, avant qu’elle ne m’échappe totalement. Je ne pleurais pas et pourtant au fond de moi, je voulais certainement être faible, pleurer et crier un bon coup devant cette peur immense qui m’avait assaillit. Mon cou, qui me faisait penser à un serpent, ne me dérangeait pas, s’était un truc à contrôler et certainement une punition pour mon usage excessif de magie.

    Le lendemain, nous avons parlé avec Suzane et je ne me rappelle plus le nom de l’autre femme. Elles vinrent à nous dire qu’une dénommée Claudia rodait dans la zone et qu’il y avait certainement un youma dans le coin. Aurore vint à faire la détection, n’arrivant à rien, certainement n’étais-je pas rétablie assez pour faire cela.
    La dénommée Claudia vint à me faire l’effet de me voir, quand je n’avais pas ses pouvoirs, une fille qui voulait faire sa vie et balayer ceux qui l’en empêchait. Elle me plait toujours, même si je doute fortement qu’elle ait expérimenté le fait d’esquiver la faux de la mort. Je voulus marchander avec elle. Comme je m’y attendais, elle ne voulait pas coopérer, venant à filer à toute jambes, suivant Aurore jusqu’à la brèche, venant à sentir à nouveau mon ventre se resserrer en voyant les contours lumineux.
    Face aux deux premiers diablotins, je vins à me changer les idées en venant à abattre celui que Claudia ne s’occupait pas. Combattre avec une personne qui nous ressemble était plaisant et amusant. Face au boss de la zone, je vins à voir Claudia se mettre à foncer tête baissée, elle était obnubilée par quelques choses et je pouvais la comprendre, venant à m’attaquer aux diablotins, refaisant une pluie de cimeterre, mais une seule fois. Le combat n’aurait pas été gagné si nous n’avions pas été deux, venant à me taire sur le fait que Claudia ne semblait pas avoir pris conscience du danger. Je savais que dans son cas j’aurais refoulé tout commentaire sur une potentielle faiblesse.
    Aurore se mit à redevenir chiante avec ses questions, venant à aider Claudia dans sa fuite. Ce fut les deux barmaids qui subirent les questions lourdes, compatissant avec elles sur le fait qu’Aurore était trop innocente ou naïve pour se rendre compte qu’il y avait des choses que l’on ne pouvait obliger à révéler. S’en suivit une discussion sur les cauchemars. Pour moi s’était certainement quelque chose d’important pour les Youma, une bibliothèque de souvenirs, même de ceux n’existant plus, un peu comme un cimetière, à la fois beau et macabre. J’ai tout de même laissé mon numéro sur une feuille de contact, on ne savait jamais.

    Le bilan que je pouvais faire s’était que j’avais perdu une troisième fois, la victoire avec Claudia n’était qu’un pansement sur une plaie béante. Je devais retrouver ma force d’antan, celle qui pliait mes adversaires, celle qui me protégeait, celle qui faisait que je restais moi-même. Je me sentais à deux doigts de sombrer dans ce désespoir que j’avais connu avant d’être celle que j’étais avant mes pouvoirs.

    #1531
    Fiela
    Fiela
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 6
    • Total : 6

    Mort et trahison donnent vie aux démons.

    Tout avait commencé le jeudi matin. Quand je suis arrivée, il y avait de l’agitation, une rumeur sur un dénommé Antoine qui se serait suicider dans les toilettes, pendu, une mort assez cliché. Je ne vais pas dire que j’ai été indifférente, mais cela n’est certainement pas plus effrayant que d’avoir réchappée par deux fois à la mort contre des youmas. Alors que les autres élèves s’agglutinaient autour de l’ambulance, je parie que certain on fait des photos pour les poster sur les réseaux sociaux, bande de con. J’avais pris le choix d’observer cela au dernier étage du bâtiment, avant de filer au toit et détecter la présence magique que je cherchais, un peu plus tard que Rose m’ait rejoint. L’autre piaf vint à nous avertir que deux magical girl venaient, j’ai immédiatement questionné, apprenant que s’était des nouvelles, je savais d’avance que cela serait des boulets à trainer, il avait dit que ce youma serait facile.

    Je t’en foutrais du « facile », du con.

    On a attendu, la première vint et Rose y alla, moi je dû m’occuper de la seconde, étant sèche car j’avais autre chose que taper la discute avec un youma sur mon territoire. S’était une provocation pour moi, provocation que je comptais régler en défonçant cette monstruosité.
    La première nouvelle avait une boule de poil, je n’ai pas caché que s’il servait d’hors d’œuvre elle n’aurait pas à pleurer et l’autre piaf qui disait que cela allait repop, je ne crois pas que le chaton aurait été bien, pas moi en tout cas. L’autre avait une tenue assez particulière, mais semblait la moins jeune, avec un peu de chance, elle était intelligente.

    L’accès fus assez facile à trouver, pas de monde et un coup de cimeterre permit de confirmer la présence de la faille, y allant. Mais avant j’avais dit à cette sourde de Rose de protéger les deux nouvelles et qui j’ai vu derrière moi dans le cauchemar, elle. Elle, putain. Heureusement qu’elles suivirent rapidement, je n’aurais pas imaginé leurs tronche si des diablotins avait tendu une embuscade, elles auraient douillées et Rose aurait eu l’air bien conne. Parlons des diablotins, des petits trucs ridicules qui se défonçaient d’un seul coup, de quoi rassurer au premier coup d’œil. J’ai donné un coup de pied à une porte battante, on ne sait jamais et ça permet de vérifier rapidement si s’est verrouillé.

    On est arrivé rapidement vers le boss. Une fois arrivé, je me suis jetée dans le combat. Pourquoi ? Car je voulais lui défoncer la tronche et avoir la légitimité de récupérer une graine. J’en avais grandement besoin. Le machin m’a bien blessé au premier coup, sentant le sang couler de mes plaies. Dès cet instant je suis devenue dingue, folle de rage, il était hors de question qu’il me batte, qu’il fasse sauter ma protection, je ne désirais pas esquiver une troisième fois la mort.
    J’ai tenté de faire ma pluie de cimeterre, mais cela vint à capoter, ma rage ? Manque de chance ? Quoi qu’il en soit j’étais furieuse de voir que le boss n’avait rien. Clairement la nouvelle qui était au corps à corps l’avait bien cherché, j’avais averti de prendre ses distances, si elle n’obéit pas elle n’a pas de raison de se plaindre.
    Je me jetais par la suite sur lui et il m’en décolla une belle, sans parler de l’hémorragie qui ne voulait pas se stopper. Quand j’ai senti la tenue à deux doigts de disparaitre, j’ai totalement perdu mon sang-froids, venant à planter la roue du boss au sol avec une épée si grande qu’il ne pouvait pas bouger, j’ai hurlé aux autres de buter cette chose.

    Une fois au sol et la graine en vue je demandai à Rose si je pouvais la prendre, que j’en avais besoin.

    Cette connasse s’est amusée à jouer le temps, alors que la graine semblait s’envoler et les deux autres étaient des rapaces devant une proie. J’avais le droit de l’avoir, putain, et voilà que les autres la convoitaient. Rose vint à me la chiper devant moi, pour la deuxième fois. Sous cette rage, consumant ma raison, je m’étais décidée à ne pas laisser cette voleuse avoir une troisième graine de cette manière, cherchant à lui couper les mains. Elle fut chanceuse et me menaçait de sa lance. Je n’avais pas peur de sa lance, contrairement à ce que j’avais bouffé au fort, s’était un cure-dent, venant à la saisir. Si je m’étais blessée et redevenue normal, je n’aurais pas lâché. Je la fis tomber au sol et vint à me retenir de la défoncer au sol, j’allais résoudre ce problème plus tard.

    Je suis allée à l’infirmerie, croisant l’autre avec son chaton, ne lançant qu’un regard noir, elle semblait avoir à la bonne des adultes. Quand je fus à l’infirmerie, une chose spéciale vint à se faire, les objets l’évitant ; J’ai tout de suite pensé à appeler le volatile pour avoir des infos, encore Rose, toujours elle. J’ai réussi à sortir de la zone d’effet, venant à prendre une autre décision, me dirigeant vers le café, mais à pied, hors de question d’avoir les autres connes dans le même wagon.

    Sur le trajet je sentis comme ma magie s’emballer, venant à découvrir les humains se mettre à genoux, souffrir. Je n’étais pas idiote, s’était ma magie qui était à l’œuvre. Le spectacle ne m’effrayait pas, au contraire, j’imaginais Rose parmi ses humains se tordant de douleur. Je n’avais jamais essayé mon thème sur les magicals girls et l’idée que les humains y soient sensibles vint à faire germer en moi tout un panel d’utilisation contre elles. Mais je savais que pour atteindre ce niveau, il me fallait plus de puissance.

    Je vins à croiser Suzane et sa comparse, venant à me questionner si j’étais la cause du phénomène. Je n’avais aucune raison de le cacher, elles auraient su de toute manière, il n’y avait pas trente-six milles magical girls avec la domination en thème. Mais cela me donnait des informations, soit elles travaillaient étroitement avec le piaf, soit elles avaient la capacité de détecter les phénomènes, cela explique aussi la dernière fois pourquoi elle savait pour Claudia et le youma. Elles me demandèrent de les suivre, retournant au café, voyant l’autre pétasse, j’ai demandé à rester en retrait et d’attendre qu’elles soient partie.

    Une fois ceci fait, je vins à demander de supprimer mon numéro et mon nom sur la liste de contact dans la pièce. Moi qui l’avait fait, qui avait pensé, naïvement, qu’être plusieurs magical girl serait avantageux, je me suis bien plantée. Je ne désirais plus qu’aucune magical girl puisse me contacter par téléphone. Sauf peut-être Aurore, si elle me restait loyale.
    J’aurais eu un briquet, j’aurais brulé le papier littéralement.

    Le bilan de cette journée était indéfinissable. Je vins à prendre ma forme magique et trancher un meuble en deux, la lame s’enfonçant dans le mur, laissant une marque indélébile. Je continuais de rendre le meuble à l’état de miette. Cela ne m’apporta aucune satisfaction, il n’y avait aucune peur dans un mobilier, cela ne m’épuisa même pas.

    Sans crier gare, j’ai fait un sac, avec une tente, ainsi que de quoi me laver et suis partie de la maison, laissant ma chambre en piteuse état, passant par la fenêtre. Je comptais ne plus aller dans l’école, cela ne m’empêchera pas d’espionner de l’extérieur.
    Je comptais continuer de faire des tests magiques, même si je dois devenir inhumaine.
    Si je n’avais pas assez de puissance, je n’aurais qu’à me construire une armée à mes bottes pour écraser la menace, qu’elle soit humaine ou non.

    Si une magical girl désirait voler ma proie, elle devra avant obéir à mes ordres,devant assumer son refus d’être sous ma coupe. L’heure n’était plus à la pitié pour les traîtresses.

    #1532
    Alvis Blue
    Alvis Blue
    Participant
    • Sujets crées : 6
    • Réponses : 47
    • Total : 53

    Merci pour ton résumé, je vais réfléchir à ce qu’il va t’arriver de beau :3

    Je rajoute la description des youmas et du cauchemar :

    Vous avez traversé un long couloir tout en bois, qui semble tourner pour avoir une architecture en hélice. Il y avait une porte à double battants gardée par des diablotins qui avaient l’aspect de boules peintes d’un motif de bouche, avec plein de fils de grosse laine en guise de pattes ou de tentacules.

    Derrière, vous avez trouvé un vaste espace tout blanchâtre, avec un grand dessein d’une paupière fermée au centre. Au dessus se tenait votre cible : une haute créature constituée d’une grande roue de vélo surmontée d’une boule avec un œil dessiné dessus, d’où dépassaient quatre bras longs et fins qui semblaient être faits de textile. Elle vous a attaquées à coup de griffes avec beaucoup de violence. Quand vous l’avez vaincue, l’endroit est devenu flou, et vous êtes retournées dans le monde normal.

    #1535
    Alvis Blue
    Alvis Blue
    Participant
    • Sujets crées : 6
    • Réponses : 47
    • Total : 53

    Nouvelle partie demain soir !

    Voici les nouveaux gros titres de l’actualité locale :

    Quartier de la gare : l’incident toujours non expliqué

    Collège Diderot : suicide d’un élève

    Collège Diderot : phénomène inexplicable après le suicide

    Disparitions d’enfants : les fouilles à la foire ne donnent rien

    Le théâtre du comte aussi en travaux ?

    #1536
    Fiela
    Fiela
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 6
    • Total : 6

    Terreur et Pouvoir mènent à la déchéance.

    La semaine dernière j’avais fuis ma maison, j’avais planté ma tente au niveau de l’autel, j’avais mon nouveau territoire à défendre, un endroit que je pouvais appeler foyer. J’avais volé de la nourriture et de l’argent, abusant de la faiblesse des humains, leurs convictions de pouvoir s’amuser avec une fille errante. J’avais cherché les limites de mon pouvoir, payant le prix de cette connaissance, j’ai dû affronter un Youma, perdant contre lui et m’infligeant une blessure. La seule qui avait réussi à me retrouver était Aurore, mon unique alliée. Elle m’avait apporté de la nourriture, de quoi m’aider à survivre, cette action était la bienvenue, mais son côté chiante rendait toujours la discussion difficile, ne voulant pas comprendre qu’il y avait des choses que l’on ne pouvait dire, des sentiments que l’on ne pouvait dévoiler à des êtres opposés à soi. Je ne pouvais que taire une envie, j’enviais Aurore, j’enviais son pouvoir, sa puissance, sa positivité, si je n’avais pas été magical girl, peut-être aurais-je finis par accepter de changer pour elle.

    Nous sommes allées au café, apprenant qu’il y avait deux nouvelles qui devaient venir. J’en profitais pour questionner Spéro, cherchant un moyen d’écarter Rose de manière définitive, sans &voir à la tuer.

    L’une des nouvelles était Jackie, une fille coriace et qui ne pouvait me piffrer, partageant aussi ce sentiment à son égard. Je l’ai provoqué pour la forme, souhaitant qu’elle soit exclue de ce café, sa présence m’insupportait. Cette animosité était née le jour où j’ai squatté un cours de son club et que j’ai refusé de me battre contre un nouveau, elle se proposa et la violence des coups se mit rapidement à augmenter, au point où les professeurs durent nous séparer. La seconde était une bourge, la traitant de poupée de porcelaine, faisant une petite référence à son prénom Dolly.

    Les autres eurent l’information sur le pendentif et sa faiblesse, me faisant frémir de peur. Elles pouvaient à présenter tenter de m’écarter aussi et j’avais l’intuition que Jackie allait tenter de faire cela au vue de sa remarque. Elle était une menace évidente pour moi.

    Nous somme partie à la recherche d’un youma, je n’avais pas réussi à le détecter, l’hostilité de Jackie et la sensation d’être menacée avait certainement joué aussi, comme les dernières fois. Je me demandais si la magie ne fluctuait pas en fonction de notre état.

    Nous avons trouvé le youma rapidement, sur un toit, préférant rester en retrait, pour éviter les coups en traître et choper le youma s’il tentait de fuir Je vins à donner le coup le plus fort, le combat avait cependant attiré des humains. Je voyais Jackie avoir la graine en main, je ne vins pas à agir, me faisant violence, je voulais voir ce qu’elle comptait en faire et elle ne valait au final pas mieux que Rose. Sans crier gare j’ai invoqué une lame qui perfora son épaule, Aurore venant me demander pourquoi.

    – Une graine ne doit pas être gratuite.

    Je laissais cette haine emplir mon esprit. Une nouvelle avait chopé une graine, elle n’avait eu aucune blessure. Alors que moi …. Alors que moi j’avais réchappé à la mort de nombreuse fois, plongé dans les tentacules de la corruption magique, déployé tellement de puissance pour n’avoir aucune graine au final. Jackie me mit une droite, me faisant voler à un autre toit. Elle tenta de me charger, un sourire mauvais naquit sur mon visage.

    Pauvre folle.

    Elle était habituée aux combat régulier, moi s’était le combat sans règle qui m’avais façonné. J’attendis qu’elle n’ait plus d’appuis pour faire jaillir une lame du bâtiment. Si les deux autres n’avaient pas agi, elle aurait goûté à la douleur de se faire empaler par une lame, rien par rapport à moi. Mais Dolli vint à dévoiler son pouvoir, la téléportation, la rendant dangereuse à mes yeux, alors qu’Aurore vint à tenter de les protéger, mettant en doute sa loyauté. Jackie et Dolli tombèrent, venant à me laisser seule avec Aurore.

    Nous avons discuté, dévoilant le changement de mon vœu. Je ne désirais plus être intouchable, mais dominer cette ville, contrôler les magicals girls pour les utiliser, écarter celles qui s’opposeraient à mon pouvoir et mes décisions. Elle parlait de folie, me faisant rire, j’étais certainement étreinte par la folie, la folie du désespoir, la folie de la faiblesse, mais ça elle ne pouvait le comprendre. Je l’enviais vraiment. Je tentais de la faire comprendre que je ne voyais plus les magical girl comme des alliés, hormis elle.

    Les deux autres rappliquèrent et je comptais leur faire peur, sentant tout de même que j’avais atteint ma limite.

    Je ne m’attendais pas à la suite.

    Une vive douleur se mit à me parcourir le corps. Si je pus cacher la douleur qu’un temps, vint l’instant où la douleur était trop forte, me faisant tordre, gémir de douleur. Je n’avais aucun mot pour définir cette souffrance, elle était si intense que je ne pouvais hurler, mon souffle peinant à sortir, me sentant comme asphyxiée par cette douleur, mes larmes ne cessèrent de couler. Cela me semblait des semaines, non des mois …. Des mois à venir à souhaiter de mourir pour que cela s’arrête.

    Quand je vins à ne plus sentir cette douleur, je vis autour de moi un paysage de désolation.

    La terreur.

    La terreur me prit … celle de la souffrance, celle que les magical girls allait certainement me tuer. J’avais fait plus de dégât qu’un youma, elles allaient forcément me traquer et me tuer ou pire. Je pris mes jambes à mon cou, forçant sans limite pour filer vers la forêt. Je fus sourde aux appels à l’aide, m’arrêter aurait été signer mon arrêt de mort, ce n’était que des humains, pas des personnes importantes pour moi, des étrangers qui ne feraient que me mettre en danger.

    Une fois sur mon territoire, je vins à jeter les cimeterres dans la flotte, remballant la tente et ne laissant rien. J’allais partir quand je vis l’autel. Je ne pouvais le laisser en l’état, ce territoire ne pouvait être défendu et nulle ne doute qu’elles viendraient à le détruire pour se venger. Je vins à le démanteler, parsemant les pierres et ne gardant que deux sur moi, afin que jamais l’autel ne puisse être reconstruit intégralement et détruit.

    Je me suis ensuite enfouie dans la forêt, allant à son centre, dans cette zone où je saurais que s’étaient-elles ou les youmas qui venaient me chercher. Je n’eus pas le temps de chercher à reprendre mon calme qu’un bruit se fit entendre derrière moi, cela était trop loin et je bondis instinctivement sur un arbre, ma magie prête à se déverser sur la menace. Quand elle fut à portée, je vins à déverser la pluie de cimeterre. Si s’étaient des nouvelles elles auraient fui, mais le tremblement au sol indiquait qu’elles n’avaient pas rebroussée chemin, alors que je tombais au sol, la terreur s’implantait davantage en moi.

    Fuir.

    Fuir, par tous les moyens possibles. Je vins à désactiver ma forme magique, pour ne pas être repérable et fuit dans une direction aux hasards. Ce n’est qu’en sortant de la forêt que je découvris que mes pas m’avaient emmené vers la foire. Je ne savais pas qui me suivait, mais je m’engouffrais dans la foire, courant à toute jambe, venant à trébucher et abîmer sévèrement mes chaussures, refaisant le sac rapidement, rejetant violemment la main tendu, à deux doigts de transpercer avec une lame l’humain qui avait voulu m’aider.

    Je finis par me cacher dans une petite malle qui était mal fermée, me ratatinant dedans, mon sac contre moi, tournant le regard vers le moindre bruit. J’étais prête à user de ma forme magique et de mes armes pour transpercer la chose qui viendrait à ouvrir cette malle, que cela soit un humain, une magical girl, un youma ou autre chose.

    #1537
    Helden
    Helden
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 10
    • Total : 10

    Résumé du point de Rose (dsl un peu en retard):

    Drame & Déchirements

    Coucou tout le monde, j’aurais envie de vous dire “quel aventure nous attends!” sauf que dernièrement… je ne suis plus sûre de nôtre intégrité. notamment Ariel, elle est devenu si sombre, si méchante, si…distante. en plus vient s’ajouter à cela la mort d’un élève dans les toilettes du collège. j’ai été marqué par la mort de ce derniers bien que je ne le connaissait pas moi-même, et puis Jackie était là pour me remonter le moral.

    plus tard, des ambulancier ont emmenés le corps et les profs nous renvoie en salle de cours où là on nous annonce que la journée est banalisée, et que des psy vont venir pour nous soutenir moralement. j’étais bien plus préoccupé par la mort de cet élève (Alexandre je crois), d’après ses amis, il était plein de vie et ne semblait montré aucun signe de dépression. j’aurais voulu enquêter sur les lieux même malheureusement il y avait encore trop de monde; du coup, je allée sur le toit du collège pour user de mes pouvoirs. je fus tout de même à moitié surprise de trouver Ariel ici.

    c’est avec un peu d’appréhension que je lui fit part de mes impression. une détection magique plus tard nous confirmas la présence d’une énergie magique au 2eme étage, là ou eu lieu l’incident. Spéro choisit pile poil ce moment pour nous annoncer la venu de 2 nouvelles Magical Girls: j’en fut agréablement surprise, Ariel ,elle, poussa un soupir d’exaspération. je fut donc la première à accueillir l’une des 2 nouvelles: elle s’appelle Pauline Scott; avant qu’elle ne me pose des questions sur les magical girls, je l’emmène sur le toit afin de tout lui expliqué et révèle au passage ma forme magique. peu de temps après, la 2eme Magical Girl; Irène; arrive mais cette fois c’est Ariel qui s’y colle.

    une fois toutes réunis sur le toit, nous préparons nôtre attaque car il était évident qu’un Youma était responsable (j’ai aussi expliqué 2 ou 3 choses à Irène et Pauline sur les magicals girls). Irène envoya son familier pour vérifier si la voie était libre, cela fait; nous nous rendîmes vers les toilettes du 2eme étage où était décédé Alexandre. Ariel s’avança et trouva la faille du Cauchemar, elle l’ouvrit en un coup de Cimeterre, s’y engageant la 1ere. je fit signe aux autres de nous suivre, une fois sûre qu’elles me suivait, je me rendis dans le cauchemar. Bien sûr Ariel m’engueula m’acussant de ne pas avoir pris soin que Pauline et Irène nous suivent sachant que 1 seconde plus tard elles nous avaient rejoint. Ariel fit la moue après un regard de mépris envers moi, puis nous avons arpentées ce qui s’apparenta  à un long couloir d’école mais qui se contorsionne dans un sens puis dans l’autre; autant dire que ce ne fut pas facile pour se déplacer. à un moment, Ariel à tranché avec ses cimeterres le plancher et à révélée comme lorsqu’on voit de la neige à la télévision.

    Après ce qui me sembla être une éternité, nous arrivâmes à une porte à battant avec des petits youmas de type diablotins, ils étaient rond composé de plusieurs sorte de fil avec des sortes de pattes ou tentacules leur servant de membres et des bouches étaient dessinés sur leur corps.

    une fois vaincu par nos soin, on se dirige vers la porte; dans sa délicatesse légendaire Ariel l’ouvrit d’un coup de pied dévoilant ainsi ce qui nous attendaient: un paysage blanchâtre sans relief. au centre de cet espace qui semblait ne connaître aucune limite (contrairement aux types de cauchemar habituelle) se trouvait un immense symbole d’un œil fermé de couleur noir. en ce même centre; nôtre cible, le propriétaire des lieux: une grande roue de vélo surmonté d’une boule noir recouvert d’un tissu comportant le même symbole à nos pieds et ayant 4 grand bras griffus. Ariel se jette dans la bataille, moi je me charge de soutenir et aidé Pauline et Irène. au cours du combat, Ariel n’avait que faire de qui elle pouvait touchée avec ses attaques magiques; notamment sa pluie de cimeterre ou encore sa lame géante.

    depuis qu’Ariel avait obtenu ses pouvoirs, sa méchanceté, sa violence et son agressivité n’ont cessé de progresser et maintenant elle met en danger mes alliées ainsi que mes amies et même ceux qui me sont chers et que j’aime. je ne devais pas lui laisser les graines d’Oblivion, qui sait ce qu’elle aurait pu en faire. je refusais cela. une fois le Youma Majeur vaincu, la Graine apparut, je revis ce même regard d’avidité et de mal dans le visage et le regard d’Ariel. je sais que mon geste à été égoïste mais je devais agir, je m’emparas de la graine tout juste avant qu’Ariel ne me coupe la main. ce derniers mouvement de sa part confirma toute mes craintes. je lui tînt tête, la tenant à distance de ma lance, cependant, le cauchemar disparaîsait; en me repoussant violemment, Ariel fit fi de ma lance et  s’échappa. je m’en sortie avec des blessures mais rien de trop grave et heureusement les filles avaient quitté le cauchemar bien avant (qui est redevenu les toilettes du 2eme étages).

    Pauline, Irène et moi nous nous rendîmes à l’infirmerie, croisant au passage Ariel. là se produisît un phénomène incongrue: les objets flottaient! paniqués, nous sommes tous sorties avant que les profs n’arrivent. plus je décidas d’emmener les filles au Blue Mountain Coffee, nôtre quartiers général. une fois là-bas, je m’excusas de la tournure que les événements avaient pris. bien entendu Ariel avait pris ses distance par rapport à nous. je voulus alerter Spéro du comportements d’Ariel, qui nous mettait toute en danger mais rien à faire: il ne fait que me répéter qu’elle fait son travail de Magical Girl. je n’ai rien pu tirer de lui.

    Au final, je suis rentré chez moi, la crainte que Ariel s’en prenne à l’une d’entre nous me prend au ventre. je fais la forte mais c’est dur car en vraie… j’ai peur.                                                                            je fini par appeler Jackie, lui faisant par de mes impression et de me crainte en esquivant bien sûr le sujet des Magical Girls. Jackie m’écoute, et elle sait comment me remonter le morale même si parfois c’est assez maladroit; cela me fait rire. Jackie à toujours été attentionnée avec moi, et je n’hésite pas à lui rendre la pareille. pourtant, je sent qu’il y a plus, qu’il peut y avoir plus. il y a en moi une émotion que je n’arrive pas décrire, et ce, a chaque fois que j’entends ou voit Jackie.

    Que dois-je faire? je n’ai pas envie de faire une erreur, de briser cette relation que nous avons.

     

    (note de l’auteur: ce résumé date d’il y a assez longtemps, je le poste maintenant car je n’ai pas vraiment eu le temps de le faire; il y en a un autre de prévu afin de palier a celui-là et ce sera à Jackie d’entrer en scène!)

    #1554
    Alvis Blue
    Alvis Blue
    Participant
    • Sujets crées : 6
    • Réponses : 47
    • Total : 53

    Le garçon suicidé s’appelait Antoine et non pas Alexandre ^^

    (Eviter l’incident diplomatique…)

    #1568
    Alvis Blue
    Alvis Blue
    Participant
    • Sujets crées : 6
    • Réponses : 47
    • Total : 53

    Nouvelle partie demain soir !

    #1569
    Caillou
    Caillou
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 53
    • Total : 53

    Si la semaine du 22 au 29 octobre fût marquée par un drame contre lequel Aurore agit naturellement en ouvrant une cellule psychologique à destination des personnes qui connaissaient Antoine, la semaine du 30 au 6 novembre fût bien pire.

    Pour commencer, tout au long de la semaine, Aurore s’était rendue au campement d’Ariel, dans l’espoir de la voir revenir au collège. Celle-ci avait en effet totalement disparue, et Aurore s’inquiétait sincèrement pour elle. L’y trouvant, elle chercha chaque jour à la convaincre de revenir à plus de raison, lui apportant réconfort et repas chauds. Elle réussit même à trouver le moyen de cacher sa drôle de nouvelle transformation – des oreilles de chat. Pour autant, cela n’eut, semble-t-il, aucun effet sur elle. En effet, après qu’elles accueillirent deux nouvelles Magical Girl et après avoir éliminé un Yuma sur les toits du quartier de la gare, Ariel devint folle : elle s’attaqua à l’une des nouvelles de manière violente. Après une rapide escarmouche, Aurore chercha à comprendre ce qui lui arrivait – avant de réaliser que manifestement, sa transformation, au lieu d’être physique, devait être surtout mental. Malgré tout ses efforts, Ariel poursuivit ses assauts… Avant d’exploser littéralement, fauchant au passage une bonne partie du quartier.

    Venant en aide aux survivants, Aurore se met le lendemain à la recherche d’Ariel, aidée par l’une des nouvelles Magical Girl – même si leurs ambitions sont très différentes. Elles finirent par tomber manifestement sur elle, mais Ariel les attaqua et se mit à fuir vers la foire. N’ayant pas de solutions alternatives, les deux jeunes filles se séparèrent. Seule, Aurore essaya de reconstituer l’autel d’Ariel, lui laissant un mot laissant entendre qu’elle voulait lui venir en aide, avant de rentrer à son tour vaquer à ses propres occupations.

    #1570
    Alvis Blue
    Alvis Blue
    Participant
    • Sujets crées : 6
    • Réponses : 47
    • Total : 53

    (Séance d’hier soir)

    Destruction sans précédent à Cynafeld

    Attentats de Cynafeld : les enquêteurs dépassé

    Attentats de Cynafeld : des milliers de morts ?

    Dégâts importants dans la forêts de Cynafeld

    #1572
    Fiela
    Fiela
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 6
    • Total : 6

    Personnage : ANGE GATES

    Grimoire de Cynafeld

    Auteur : Nésa, disciple de Paimon.

    Vous qui lisez ce grimoire, vous serez à présent chargé du poids du savoir.

    Je me nomme Nésa. Le nom de ma famille n’est guère connu dans l’Histoire. Mes ancêtres ont évités les chasses aux sorcières et se sont fondu dans la masse, proposant leurs services dans l’ombre. La richesse de notre famille n’est guère énorme, faisant énormément don aux divinités et autres entités surnaturelle pour nous octroyer leurs protections.

    Mes parents m’ont plongé toute petite dans le savoir du monde ésotérique, apprenant à assimiler facilement le savoir écrit, visuel et oral. Comme tout savoir, il est très tentant de l’utiliser pour se démarquer, cependant mes parents m’ont bien éduqué : Le Savoir est le Pouvoir, telle est la phrase qu’ils n’ont cessé de me répéter.

     

    Depuis quelques semaines des choses étranges se produisent en chaîne. Les entités surnaturelles sont généralement plus discrètes, faisant passer cela pour des accidents naturels, des cataclysmes que la nature impose aux vivants. Mes parents ont vu de plus en plus de clients, augmentant leurs chiffres d’affaire. Contrairement à moi, ils sont frappés d’avarice. L’argent est important dans le monde matériel, mais le but de l’ésotérisme est de répondre à un besoin, non d’en tirer profit.

     

    Suite à la grosse explosion, la classe était un peu plus vide. Certaines se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. La mort était une chose irréparable, une chose que l’on devait accepter, aussi douloureux cela pouvait être. Je ne pouvais m’empêcher de penser qu’un de mes rares amis aurait pu être soufflé ou alors la boutique de mes parents, se trouvant à quelques pâtés de maison de la zone bloquée. La chose qui avait fait cela semblait ne pas respecter une règle immuable, cacher sa présence. Je suspectais un démon ou une entité chaotique, car les anges et créatures sages n’auraient pas agi ainsi.

     

    Certains camarades de classe vinrent me voir pour obtenir des charmes de protection. J’en avais toujours sur moi, venant à leurs offrir, tout en leurs disant que la meilleure chose pour les morts était d’avoir une pensée respectueuse à leurs égard, que cela les apaiseraient.

    Vint cette journée où j’allais en cours, mais bifurquais vers la cratère de l’explosion. Mon esprit était embrouillé, je n’arrivais pas à penser convenablement. Si cela avait été le cas j’aurais eu le réflexe de crier, pour chasser l’esprit qui tentait de me posséder. Une autre voix vint à notre rescousse, n’étant pas la seule envoutée. Je vins à tiquer au terme magical girl, quitte à choisir je préférais être une sorcière. Je vins à me baser sur les animés, dessinant mon corps et mes vêtements dans ma tête, avant de me transformer.

     

    Le résultat fut à la hauteur de mes espérances, un corps plus âgés, plus mature, le teint basané, une très longue chevelure blonde, des yeux bleus, une vox aussi un peu plus adolescente, mais pas totalement non plus. Il y avait visiblement une limite dans le changement corporel. Les vêtements étaient similaire aux danseuses orientales, ne cachant pas des inspirations dans cette zone géographique, l’apparence se basait quant à lui sur des Djinns prenant l’apparence d’humaine, pour danser avec eux ou les séduire. Si cela séduisait les humains, cela pourrait plaire aux entités surnaturelles aimant la beauté et la féminité.

     

    Je vis l’apparence des deux autres, l’une ne cachait visiblement pas sa richesse Comme ma tenue elle comportait de l’or, mais chez elle cela était à outrance, digne d’une personne avare. Quant à l’autre, la tenue était plus martiale, le choix d’un style japonais et médiéval trahissait certainement une volonté de combattre forte.

     

    J’ai pu voir l’esprit, enfin, les esprits plutôt, qui avaient tenté de nous manipuler, des démons qui n’avaient aucune correspondances à mon savoir, des lapins qui se tenaient sur leurs pattes avant, la tête en bas, dans une tenue grotesque et en guise de pied de quoi être suffisamment monstrueux pour faire comprendre que s’était leurs armes.

    [Croquis réaliste des diablotins]

    Je vins à voir un aigle voler au-dessus de moi, je sentais qu’il m’était lié et un nom me vins en tête. Vidofnir, l’oiseau qui trônait sur l’arbre d’Yggdrasil. La voix nous dit de penser à une arme. Les deux autres se mirent à faire apparaitre la leur.

    Cela prit un peu plus de temps pour moi, accordant une prière aux entités surnaturelles, notamment d’origine divine, pour m’octroyer une bête surnaturelle. Ce qui répondit fut un loup, faisant un mètre quarante de haut, au pelage gris métalisé, mais restant de la fourrure normale. Un nom jaillit en le voyant Hati, un loup légendaire scandinave qui traquait la lune pour la dévorer.

     

    S’en suivit le combat où Hati avait du mal à attaquer la bête, certainement était-il encore peu familiarisé avec le monde des mortels, heureusement les autres vinrent à sa rescousse, venant le caresser pour le remercier de son aide, aussi minime soit-elle.

     

    Nous avons ensuite put voir la créature qui parlait dans notre tête, un genre de peluche en plastique bleu, avec une étoile blanche sur son corps. Il ressemblait aux fées possédant les peluches pour veiller sur les enfants, mais quelques choses clochait dans ce raisonnement. S’en suivit des questions, avant qu’il ne dit de reprendre notre forme normale, ce que je fis, comprenant parfaitement son raisonnement. J’appris qu’il se nommait Msoni, j’allais avoir beaucoup de mal à ne pas dire Smoni, faisant bien plus nom de créature, mais on en décidait pas du nom que l’on possédait à la naissance.

     

    Il expliquait les règles, voyant la combattante partir et lui disant que je résumerais ce qu’il aurait dit. Elle devait certainement craindre pour quelques choses de précieux, ce qui était normal. Je n’étais pas aussi paniqué, les charmes et rituels protégeaient mes parents et mes amis.

     

    Je reçu un appel de mes parents, venant à leurs explique que j’avais été attaqué par des démons, ne faisant pas partie du bestiaire qu’ils avaient, faisant une rapide description. Je vins à taire le fait de pouvoir me transformer. Mes parents étaient inquiet sur le fait que je puisse avoir été possédée un temps, mais les rassurèrent rapidement en disant que j’avais eu un charme et que je leurs chargeaient de justifier mon retard. Ils allaient trouver quelques choses, comme une aide tardive dans l’inventaire de la boutique ou un truc similaire.

     

    La journée se passa bien, devant à présent aller à une adresse, un café que je n’avais jamais visité l’intérieur, une hésitation, la sensation que je n’y avais pas ma place. Cette sensation semblait avoir disparu avec l’invitation que j’avais reçu, comme s’il avait suffi d’être une mag … je déteste ce terme.. magical girl, pour m’autoriser à y entrer. Nous avons été conviées à aller dans une autre salle, découvrant deux autres filles de notre classe, l’une assez bagarreuse et l’autre qui était la présidente, autant dire que la question sur la sélection des magical girl vint à tomber. La réponse était claire, celles ayant un potentiel ou celle allant se faire dévorer. Je vins à poser de nombreuse question, ayant un nouveau tic en entendant que le cratère était le fruit du pouvoir d’une magical girl nommée Ariel. Je ne fus pas tellement dépaysée, des démons majeurs nommé Youma, manipulant des démons mineurs pour attirer les humains afin de se nourrir de leurs sentiments négatifs, étant l’essence même de ses choses.

     

    Celle semblant adorer l’or partie pendant mes questions. Je m’interdis de faire un jugement sur elle, tout le monde était plus ou moins réceptif au monde occulte et je ne sais plus qu’elle fille vint à s’énerver que le Tsukaima Spéro répond de façon énigmatique, venant à répondre que le Savoir était un Pouvoir, sous entendant qu’en tant que créature magique, Spéro était en droit de rendre difficile l’accès à son savoir. Nous avons décidé par la suite d’aller chasse un démon majeur.

     

    Nous avons finis par croiser une autre fille, mais celle-ci était en plein combat, j’étais trop loin et dû me rapprocher pour constater qu’elle était agressive. Colère ? Egoïsme ? Je ne savais pas vraiment lequel des deux vices étaient le plus présent en elle. Je vins à les suivres, observant une action qui faisait jaillir des pierres. La magie contrôlée n’était clairement pas discrète, je percevais les difficultés à la dissimuler. Vidofnir m’informait que les autres étaient dans un bâtiment, venant à entrer aussi, en compagnie de celle portant l’or, découvrant un autre monde.

     

    Du verre tout autour de nous, avec une projection grésillant. Avec la discussion précédente, j’avais supposé qu’il s’agissait d’un sanctuaire, une projection mentale d’un endroit privé, un endroit où notre esprit pouvait se reposer. J’observais avec une certaine attention, la moindre marque, la moindre faille était un symbole, une interprétation de ce démon. Une interprétation qui m’échappait pour le moment. En fermant la marche, je faisais attention que des démons mineurs ne viennent pas nous attaquer dans le dos. Dans un sanctuaire nous étions vulnérables, sur un espace où nous n’avions pas le droit d’entrer sans autorisation, qui sait si le démon n’avait pas pensé à punir les curieux ou les fous osant fouler son territoire.

     

    Le démon majeur était un être de verre, tête en bas comme les lapins, ses pieds semblant soudés à une étoile de verre.

    [Dessin réaliste du Youma en verre]

    Je mémorisais cette apparence dans ma tête, allant réfléchir plus tard à la signification de cette forme. Je ne participais pas au combat au début, restant en retrait pour observer, comprendre l’utilisation de cette magie, comment le démon majeur se battait. Je compris qu’il concentrait de l’énergie dans son étoile, pouvant faire soit des tirs, soit une zone de protection blessant les indésirables. Je vins à lancer une attaque, concentrant ma magie dans Hati, qui poussa un hurlement, faisant tomber la foudre. Dans la symbolique, le hurlement était un appel à Thor, pour faire pleuvoir son jugement sur l’ennemi.

     

    L’étrange magical girl orange vint à vouloir se jeter sur quelques choses, alors que le démon majeur tombait dans un fracas de verre brisé. S’en suivit un conflit. Toute sauf Aurore semblaient vouloir empêcher l’étrangère au groupe de pouvoir posséder la graine, cette dernière semblait clairement capable de vouloir nous tuer, ce n’était pas de simple parole. Cette graine attisait la folie. Je pris une grave décision. Concentrant une première fois ma magie, je sentis bien quelques choses se produire dans mon corps, mais ne pas en jaillir. Je me rappelais de l’avertissement sur l’usage de la magie, le contre-coup. Je refis une tentative en venant à me détendre, ne penser à rien d’autres que mon action et je sentis le sort partir sur la graine, venant à dire à haute voix que quiconque la prendrait serait maudit.

     

    J’avais commis une grave action : user la magie pour nuire gravement le destin d’une personne d’un point de vue personnel et non sur la demande d’une autre personne. S’il y avait réellement une notion de bien et de mal, j’avais commit un mal pour un bien. La magical girl orange ne pouvait continuer ainsi, son âme allait se faire dévorer par ses démons intérieurs et devenir un démon, j’en étais certaine. Aucune bonne destinée ne pouvait sortir de ses actions actuelles. Elle était puissante, mais qui sait le pacte et le prix qu’elle avait payé pour l’obtenir.

     

    Elle absorbait la graine, venant à prier intérieurement pour que la malédiction la fasse renoncée à sa folie. J’avais gardé en tête qu’Aurore l’avait protégé, elle était très gentille, je ne jetais pas la pierre aux autres. Il n’y avait qu’une graine, il était normal que cela engendre des conflits.

     

    Le cauchemard vint à disparaitre nous ramenant dans notre plan, le plan matériel. Aurore vint à poursuivre la maudite, elle était trop gentille, mais peut-être sa gentillesse viendrait-elle à bout de cette folie. Les autres partir à la chasse à un autre Youma. Tombant cette fois sur un démon aérien, une chauve-souris avec des pattes d’insecte, une créature qui n’était clairement pas dans mon bestiaire, encore une fois.

    [Dessin réaliste du Youma aérien]

    Le combattre fut plus difficile, je tentais d’imiter Aurore quand elle érigeait sa protection magique, mais cela fut un échec, sentant la magie se diffuser sans prendre réellement consistance sur le plan matériel. Je n’avais visiblement pas encore suffisamment connaissances des rouages de cette magie. Cette créature fut vaincue avec une graine, une seule, encore. Les Tsukaïma avaient dit que seul les plus puissants pouvaient en avoir plusieurs. Je gardais toujours en tête que certains auraient pu être des dieux malfaisants, devant avoir une puissance inimaginable par rapport à ce que l’on affrontait actuellement.

     

    La proposition de conserver la graine le temps d’en avoir suffisamment pour chacun fut proposé. Je vins à demander d’inspecter la graine. Une sensation déplaisante me parcourut l’échine. Cette chose ne devrait pas exister, il y avait quelque chose qui m’inquiétait. Pour moi cet artefact devait avoir des origines toute autres que celle de ce plan ou de la magie, peut-être une conception d’un niveau inatteignable, je me tentais presque à penser qu’il pouvait s’agir d’un fragment d’une divinité inconnue, reprenant la légende d’Osiris découpé en plusieurs et disséminé partout. Cela pouvait expliquer cette sensation, le fait d’avoir n’importe quel vœu au bout de treize fragments. Le chiffre treize me faisait l’effet d’une révélation. Cela n’était pas un chiffre forcément mauvais, comme le neuf, le sept ou le six, mais il y avait clairement une symbolique.

     

    On vint à proposer la boutique de mes parents. Il était vrai qu’un objet magique au milieu d’autres artefacts passerait inaperçu. Je vins à accepter l’idée, faisant un pacte signé, avec mon sang, que je ne consommerais pas cette graine. Cela pouvait paraître bizarre, mais ce genre de pacte n’était pas fait à la légère, s’était comme miser son âme dans cette promesse. De toute manière je ne pense pas être la première à absorber une graine.

    Une fois rentrée, je vins à voir ma mère, pour demander un pendentif avec dessus gravé des runes de protection, disant que j’avais besoin de protéger quelques choses le temps de le purifier. Je ne lésinais pas sur les protections, posant sur ma table de chevet où était gravé un cercle censé rejeter toute intrusion dans le cercle avec des intentions hostile ou avide. La graine était enfermée dans un écrin violet, avec une pierre d’obsidienne qui devrait contenir tout dégagement néfaste, fermé à clé et, dessus, le pendentif qui empêcherait, quiconque n’étant pas de la famille, d’y toucher.

     

    Je ne m’endormais pas tout de suite, venant penser que j’allais devoir me montrer prudente, ayant atteint un stade, en tant que pratiquante, qui allait nécessiter de percer les mystères et trouver la vérité dans cette magie. Le tout allait aussi d’éviter d’attirer l’attention, pour que les démons ou les esprits possédés me perçoivent comme une menace ou un savoir à assimiler, n’étant pas une pratiquante de haut niveau et donc vulnérable.

    #1573
    Caillou
    Caillou
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 53
    • Total : 53

    Huitième session, Septième participation

    Le mercredi 9 novembre commença pour Aurore et Jackie, une des nouvelles Magical Girl, comme une journée ordinaire : elles allèrent en cours. Toutefois, Spéro leur apparu lors d’un interclasse, leur indiquant que de nouvelles Magical Girl allaient se présenter au café cet après-midi. Aussi, accompagnée de Jackie, Aurore se rendit au café dès l’ouverture.

    Les trois nouvelles Magical Girl étaient des filles du collège Diderot, qu’Aurore connaissait un peu : Ange, Cindy et Linda. Si Ange et Cindy étaient dans sa classe, Aurore connaissait aussi Linda à cause des quelques occasions où elle avait eu à plaider sa cause suite à un comportement considéré comme trop provocateur par certains enseignants.

    Si Aurore les accueillit toutes les trois avec le sourire, tout comme le nouveau Tsukaïma qui répondait au nom de Psoni et qu’elle leur expliqua tous les détails qu’elle connaissait déjà dans les différents évènements de ces derniers temps, elle ne fût pas ravie de constater que, dans leur majorité, à part peut-être Ange, semblait plus intéressées par leurs nouveaux pouvoirs et leurs petits conflits personnels que sur leur mission.

    Malgré tout, puisque la zone détruite était, d’après les Tsukaima, plein de Yuma, Aurore et les autres Magical Girl décidèrent de partir à la chasse. Bien vite, ils finirent par tomber sur Claudia, qui se montra toujours aussi dure avec elles, ne voulant toujours pas de leur aide. Malgré tout, sous l’impulsion d’Aurore, le petit groupe suivi, non sans avoir dû éviter une légère embuche que Claudia avait dressé sur leur chemin.

    Entrant alors dans un cauchemar, le groupe de jeune fille finit par retrouver Claudia, aux prises avec des diablotins. Venant à son aide malgré tout, Aurore était bien décidée à l’aider, même contre son gré. Après avoir trouvé le Yuma, les jeunes filles finirent par le vaincre. S’ensuivit alors, aux yeux d’Aurore, une scène navrante. Alors même que Claudia s’apprêtait à récupérer la graine d’Oblivion, Jackie et Linda l’attaquèrent, ce qui obligea Aurore à prendre sa défense. Claudia, bien sûr, ne se laissa pas faire, et c’est seulement après que tout le monde se soit calmé que Claudia pu attraper la graine, la gardant dans sa main pour le moment.

    Revenant dans les ruines, Claudia prit la fuite – bientôt suivie par Aurore, qui avait perçue un fort malaise face à cette situation de la part de Claudia. Réussissant alors à la rattraper et après, enfin, une vraie discussion, Claudia finit par accepter la main tendue par Aurore depuis leur rencontre, et elles allèrent chasser ensemble un autre Yuma. Comme promis, Aurore laissa à Claudia la nouvelle graine d’Oblivion, comprenant l’importance de son vœu après que celle-ci décide de lui en parler à demi-mot.

    Après s’être finalement quittée, Aurore reçue l’appel à l’aide de ses autres amies. Elle se mit donc en route pour les rejoindre, un autre Yuma devant être éliminé.

    #1577
    Caillou
    Caillou
    Participant
    • Sujets crées : 0
    • Réponses : 53
    • Total : 53

    Pour en garder une trace

    Progression des personnages : Les personnages gagnent une amélioration :

    – A la fin de la 1ère séance

    – A la fin de la 3e séance

    – A la fin de la 6e séance

    – A la fin de la 9e séance

    – A la fin de la 12e séance

    etc, 3 par 3.

     

15 sujets de 31 à 45 (sur un total de 47)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

RSS
Facebook
Facebook